Télétravail : comment mettre en place le travail à distance ?

Le télétravail prend place dans le panorama économique français. Contrairement à ses voisins européens, la France a longtemps été sur la réserve vis à vis de ce nouveau mode de travail. Entre inquiétude et manque d’information sur l’organisation du télétravail, les chefs d’entreprise français ont eu besoin de recul. Forts du constat des bénéfices humains et financiers engendrés par les plus téméraires, nombreux sont ceux aujourd’hui en quête de réponses et de conseils pour se joindre à cette révolution du monde du travail.

Quelle marche à suivre pour se lancer dans l’aventure du télétravail ?

Qu’est ce-que le télétravail ? Rappel

Le télétravail désigne la réalisation des missions et objectifs inhérents au salarié d’un lieu extérieur à celui de l’entreprise grâce aux nouvelles technologies de communication et d’information. Un aménagement consenti par l’employé et l’employeur est alors mis en place, déterminant jours, lieux et horaires du télétravailleur.

Bosser de chez soi ? Pour 1 salarié sur 5 c’est une réalité, alors que 60% des autres en rêvent. 

Mais quelles sont les implications du télétravail au quotidien pour les 2 parties ? Envie, demande, organisation, matériel, contrat, obligations, horaires… Tentons de lever le voile sur le brouillard qui nous sépare encore d’une vie sans transport ni embouteillage matinal.  

Télétravail : comment sauter le pas?

Lorsqu’un salarié ou un chef d’entreprise envisage la mise en place du télétravail, il doit en informer l’autre partie afin d’amorcer une réflexion qui mènera à une décision conjointe. Pour ce faire, il peut simplement opter pour un entretien oral informel sur le sujet ou faire part de son désir et motivations par courrier ou par e-mail. 

L’accès au télétravail est légalement ouvert à tous les salariés sous réserve d’un accord convenu avec l’employeur. En ce sens ce n’est pas un droit acquis, mais bien le résultat d’une décision justifiée et consentie de part et d’autre. Notons que le chef d’entreprise est en droit de refuser une demande de télétravail. Il devra toutefois justifier d’un refus motivé. 

NB : Que ce refus provienne de l’employeur ou de l’employé, il ne représente en rien un motif de rupture du contrat de travail.

Loi et télétravail 

Code du travailLa loi sur le renforcement du dialogue social communiquée le 27 septembre 2017 par le Conseil des Ministres marque un geste fort du gouvernement Macron en faveur de la démocratisation de l’accès au télétravail en France. Les entreprises se voient désormais autonomisées dans le choix du travail à distance pour leur salariés. Le passage au travail à distance des collaborateurs en poste, jusqu’alors sédentaires, n’est plus sujet à une modification du contrat de travail

Ainsi conformément à l’article  L1222-9 du code du travail, lorsqu’un employeur et un salarié trouvent un terrain d’entente vers un passage au télétravail, plusieurs possibilités s’offrent à eux pour acter cette modification des habitudes d’exercice au sein de l’entreprise : 

  • par simple accord oral entre les 2 parties ; 

  • par confirmation sous forme d’e-mail, courrier ou autre trace écrite ; 

  • par décision collective ;

  • par la signature d’un accord ou d’une charte d’entreprise élaborée au préalable par la direction et le Comité Social et Economique si l’entreprise en dispose. 

Droits et devoirs du salarié / télétravailleur

Le télétravail est un mode de travail modulable et ajustable en fonction des besoins et des attentes de l’employeur et de l’collaborateur. Ainsi, ce dernier voit l’exercice de son activité modifié suite à un accord défini avec sa hiérarchie d’un commun accord. Le bien-être et le confort du salarié influent par effet boomerang sur ses résultats et les bénéfices de l’entreprise de manière significativement prouvée. 

Cependant, d’un côté comme de l’autre, l’inquiétude et la crainte de l’échec d’une telle révolution des modes de travail pousse à la prudence. Il est bon pour chacun de connaître ses droits et devoirs en matière de télétravail.

Les droits du salarié / télétravailleur

Un collaborateur “classique” peut obtenir le droit de travailler à domicile ou en espaces dédiés au travail collaboratif, à temps plein, partiel, 1 ou plusieurs jours par semaine ou par mois sans modification de son contrat initial. Ce simple point répond aux questions d’ordre administratif inhérentes aux droits des salariés. 

En effet, un professionnel embauché pour un emploi à distance sur le modèle du télétravail ou un salarié obtenant ce droit, ont exactement le même contrat et les mêmes droits qu’un collaborateur sédentaire, travaillant au quotidien dans les bureaux de l’entreprise soit :

  • sécurité sociale ;

  • médecine du travail ;

  • congés payé ;

  • mutuelle ;

  • droit à la formation ;

  • syndicat…

Mise en place du télétravail : astuces pour fixer les règles et les limites

L’élaboration d’un accord ou d’une charte d’entreprise n’est en rien une obligation légale pour le chef d’entreprise désirant mettre en place le télétravail au sein de sa société. Cependant, que ce soit pour l’employeur ou pour l’collaborateur ce “contrat moral” pourrait bien border les tenants et les aboutissants des modifications convenues de manière à éviter incompréhensions et désillusions. 

En effet, vous l’aurez compris, le télétravail est une histoire de confiance et de bienveillance mutuelles entre le collaborateur et son patron. En ce sens, le gouvernement reconnaît désormais ce mode de travail et octroie à chaque entreprise le droit d’en gérer l’application librement.

Cependant, élaborer une charte d’entreprise rappelant certaines règles et valeurs de base s’avère parfois judicieux afin de partir d’un même pied vers une hausse de  productivité harmonieuse :

  • horaires de télétravail et donc de  disponibilité téléphonique, mail... Ce point permet à l’employeur de fixer un nombre d’heures et des horaires strictement identiques à ceux d’en salarié classique. Le salarié quant à lui s’assure de ne devoir être disponible pour son employeur, que ce soit à son domicile ou dans un autre lieu de travail, uniquement sur ses horaires définis par la charte ;

  • mise à disposition partielle ou totale de matériel numérique et informatique par l’employeur. Ce point tend à s’accompagner de rappel des règles limitant leur utilisation au cadre strictement professionnel ainsi que d’un retour sur la loi dans le cas du non respect de cette clause ;

  • lieux et modalités de l’exercice du télétravail. En effet, l’employeur est en droit de connaître le lieu d’exercice principal de son salarié. Contrairement aux idées reçues tous les télétravailleurs ne travaillent pas systématiquement de leur propre domicile, il existe d’autres options. L’employeur est donc en droit de connaître la localisation du bureau de son employé, voire même de lui suggérer des lieux propices à la productivité et à la communication pour l’entreprise ;

  • le salarié résidant à une distance raisonnable de l’entreprise peut se voir spécifier l’obligation de se rendre dans les locaux en cas d’urgence ou d’évènement particulier au sein de la société. Dans tous les cas, une convocation dans les locaux que ce soit pour une urgence, une réunion ou un entretien, se devra d’être honorée ;

  • stipuler qu’un entretien annuel sera effectué de manière à faire le point sur les conditions et la charge de travail du salarié. Cette rencontre est également l’occasion de procéder au bilan des objectifs annuels et au retour sur l’expérience de télétravail.

Salarié / employeur | comment organiser le travail à distance ?

Coworking

Exercer sa profession sur le modèle du télétravail sonne comme un petit air de liberté et sérénité. 1 salarié sur 3 vivant en agglomération reconnait  souffrir de fatigue et de surmenage liés aux trajets maison / travail quotidiens. 

Le télétravail tord le cou au stress et à la fatigue engendrés par les transports en commun tout en limitant l’utilisation chronophage, nerveusement pesante et polluante des voitures et autres 2 roues. Cependant travailler en dehors du cadre de l’entreprise n’est pas sans difficulté ni contrainte à gérer et anticiper :

  • les procédures de management et de hiérarchie doivent être adaptées à un discours à distance mais ne diffèrent en rien en termes d’attentes et d’objectifs de celles mise en place en entreprise ;

  • penser cohésion malgré le travail à distance : le télétravailleur peut souffrir de l’isolement. Il est donc important de maintenir des contacts “humains” entre collègues via de simples échanges de “bonjour” matinaux via slack ou autres messageries. Dans le cadre professionnel, pourquoi ne pas avoir ponctuellement recours aux appels vidéos plus conviviaux et vivants, plutôt qu’aux e-mails ? ;

  • raisonner collectif : Le télétravail est un accord de bon intelligence dans l’intérêt commun. En ce sens, d’une part comme de l’autre, l’honnêteté et le respect du cadre, objectifs et des horaires professionnels sont primordiaux pour la pérennité de ce projet ;

  • envisager différents lieux d’exercice du télétravail : maison personnelle, espace de co-workingsolution d’échange et de mise à disposition d’espaces de travail en entreprise… Autant d’options et d’opportunités pour travailler mieux, utile et malin.

  • cloisonner vie professionnelle et vie privée : Le télétravailleur a à structurer son quotidien de manière à être pleinement disponible et concentré sur son travail durant ses heures de bureau. Ainsi, lorsqu’il travaillera de son domicile, il aura besoin d’un espace isolé du reste de la famille, au calme et sans distractraction. De même, il devra savoir laisser le travail dans son “bureau” et apprendre à “décrocher” du travail  pour retrouver sa vie personnelle en en refermant la porte en fin de journée ;

  • mettre en place les outils numériques et informatiques nécessaires au travail collectif à distance et documents partagés... Messagerie intra-entreprise, Slack, Google apps, Skype... seront de précieux alliés pour travailler conjointement entre collègues télétravailleurs ou non.

  • dans un souci de cohésion, d’esprit d’entreprise et d’équilibre professionnel, une présence physique régulière au sein de l’entreprise est recommandée par les néophytes du télétravail. 

En bref :

Le télétravail est la politique du gagnant-gagnant à condition de l’instaurer de manière éclairée. Un climat de confiance et de respect axés sur les objectifs communs de rentabilité et d’optimisation personnelle et professionnelle, sont les clés d’un virage bien amorcé vers le travail à distance.