5 conseils pour améliorer son confort au travail

Il semblerait que nous faisons face à ce qui ressemble à la révolution du bien-être (rassurez-vous la guillotine est bien rangée au placard). L’ère où le bien-être dans son espace de travail est devenu exigible et surtout un critère non négligeable dans le choix de la future entreprise que nous choisirons. Un domaine important puisque les experts et les études ne manquent pas de prouver que des employés qui se sentent bien dans leur lieu de travail seront plus productifs (et surement plus agréables).

Quelques chiffres…

Quelques exemples de ce que pourraient rapporter les efforts de votre employeur. Une entreprise qui met un point d’honneur sur le bien-être de ses salariés constate : 

  • 60 % des collaborateurs se sentent plus motivés au travail, et la motivation mène a la productivité,

  • une réduction de l’absentéisme de 25 % au travail (nous bravons plus facilement le rhume quand on aime rejoindre nos collègues.),

  • une diminution des dépenses liées aux problèmes de santé des salariés de 25 %,

  • une hausse de la productivité, puisque celle-ci augmenterait de 12 % chez des salariés heureux.

Il y a donc tout à gagner à améliorer la QVT (Qualité de vie au travail) de son entreprise. 

Alors, a-t-on tendance à s’imaginer le géant Google et ses toboggans (que personne n’ose prendre je suis sûre) ou bien carrément la séance de massage entre midi et deux quand on pense bien-être au travail ? Il y a de grandes chances. En revanche, on pense beaucoup moins aux choses qui peuvent réellement nous faire du bien sans même qu’on le remarque. Car le bien-être dans le cadre du travail c’est avant tout, se sentir à l’aise et en accord avec l’endroit que nous rejoignons chaque matin (et des matins il y en a beaucoup). 

Alors bien évidemment, sur le papier, être bien au bureau et vouloir le rejoindre tout les matins ça donne envie mais concrètement, par où commencer et surtout comment le mettre en place ? Nous vous donnons cinq pistes par lesquelles debuter.

1. Être bien installé 

ConfortLes yeux qui piquent à cause de l’éclairage, passer des sueurs aux frissons à cause d’un chauffage mal réglé, ou encore appeler son ostéopathe par son prénom à force de le voir... Il y a mieux comme motivation pour aller travailler. 

C’est ici que tout commence, être à l’aise, pas forcément comme à la maison (on ne veut pas que Jean-Yves de la compta ramène ses charentaises), mais presque. L’idée est que l’atmosphère nous pousse à être productif, à se concentrer sur son travail et non sur le fait qu’on serait tellement mieux ailleurs qu’ici.

> Commençons par vos yeux, en plus d’être le miroir de l’âme, ils sont votre principal outil de travail. Certaines professions nécessitent de rester devant un ordinateur le plus clair de la journée (pendant la soirée, Netflix prend le relais). Or, les yeux se fatiguent comme le reste du corps, et il existe quelques astuces pour les reposer tout au long de la journée : 

  • la technique du 20.20.20 : regarder toutes les 20 minutes, 20 secondes à 20 pieds (équivalent à 6 mètres mais ça rendait mieux en pieds),

  • muscler ses yeux : tendez votre bras devant vous (assurez-vous peut-être d’être seul), fixez votre index puis rapprochez le en direction de votre nez, arrêtez-vous quand celui-ci devient flou, puis faites le chemin inverse et répétez cette action 3 fois,

  • reposer ses yeux : frottez vos paumes de main pour les réchauffer pendant quelques secondes puis les disposer sur le creux des yeux de façon à ce que vos mains ne touchent pas vos yeux mais que vous sentiez la chaleur.

> Ensuite pour la température, autant vous dire que si après de nombreuses plaintes, rien ne change, vous devez passer à la technique de l’artichaut : soit mettre plusieurs couches de vêtements afin de pouvoir en supprimer et/ou en rajouter si besoin. Laisser une veste polaire au bureau peut être une solution pour les frileux. Et pour ceux qui ont trop chaud…  Et bien déjà on évite le siège en cuir ou en plastique (on a tous vécu le malaise de la marque de transpiration un jour), et le petit ventilateur est clairement une bonne idée (par contre ceux qui font de la lumière sont un peu too much). 

> Et enfin, nous avons tous déjà passé 40 minutes à régler notre chaise, pour découvrir chaque commande, manivelle et action qu’il est possible de faire (un peu comme un nouveau jouet). Alors oui, ça pourrait sembler long (ça l’est) mais c’est surtout important pour trouver le confort parfait pour votre dos. Vous trouverez probablement plusieurs versions sur internet de la façon dont il est préférable de s’asseoir ou de se tenir, expliqué à l'aide d'angle et de perpendiculaire, alors avant de sortir le rapporteur. Voilà un petit résumé : 

  • toucher le sol avec ses pieds, les appuies pieds peuvent être utiles (on n'a pas tous terminé notre croissance correctement),

  • s’asseoir au fond de sa chaise, et régler le dossier pour qu’il épouse la courbure de votre dos, ou bien mettre en place un coussin si votre chaise n’a pas cette option (que peu de personnes utilisent et/ou connaissent sincèrement),

  • régler les appuies bras à la hauteur de vos coudes, mais ils ne doivent pas vous empêcher de vous rapprocher de votre bureau (elle est technique celle-ci),

  • votre bureau doit être à la hauteur de vos coudes, donc environ à la même hauteur que les appuies bras (technique j’avais dit),

  • et enfin, si vous le pouvez, avoir l’écran de votre ordinateur placé de façon à ce que le haut de l’écran soit au niveau de vos yeux pour éviter de forcer sur vos cervicales en baissant votre tête,

  • bonus : les accessoires du type coussin pour poignet (ou coussin tout court) peuvent aussi se rajouter pour plus de confort.

2. Ne pas oublier de bouger

Bouger

Bon, je vous arrête tout de suite, on ne parle pas ici de sortir courir un semi-marathon à midi (ouf), mais plutôt de prendre toutes les occasions possibles pour se mettre debout et en mouvement si possible. On évite donc de mettre absolument tout à portée de main, ce qui nous permet de rester sur notre chaise (ergonomique et bien réglée certes) et de ne pas bouger de la journée. On éloigne alors certains dossiers ou même sa bouteille d’eau pour se forcer à se lever. Mais on peut aussi se lever quand on a un coup de fil à passer, aller aux toilettes à un autre étage (pour les envies pressantes, on est prêt à faire l’impasse) et en plus, ça donne une bonne excuse pour aller boire un café... Bref, régulièrement on se lève, on va marcher, on s’étire un peu, on fait circuler le sang, on se change les idées et ensuite on se remet au travail.

Les petites astuces pour bouger au travail : 

  • sortir marcher un peu pendant sa pause de midi, prendre l’air un moment. Regardez ce qu'il se passe dans votre quartiers et ses alentours (avoir une vraie raison de bouger, c'est mieux),

  • faire des exercices physique sur sa chaise de bureau : contractions abdominales et dorsales, étirements actifs.. (celle ci est pour les plus motivés),

  • faire des réunions en mouvement type réunion popcorn où les gens se lèvent pour prendre la parole (on est pas sûr sur ce coup, mais racontez nous si vous avez déjà testé),

  • prendre les escaliers plutôt que l’ascenseur (Classique mais courage pour les 5 étages et +),

  • se déplacer pour communiquer avec ses collègues plutôt que d’envoyer un mail (et ca fait pas de mal à la planète un mail de moins),

  • se donner l’objectif de se lever au moins 1 fois par heure pour faire des micro pauses (yes),

  • faire le tour des bureaux le matin pour dire bonjour à tout le monde (Les germophobes, vous êtes dispensés de celle ci).

 3. Casser sa routine

Casser sa routine

La routine Metro-Boulot-Dodo n’est malheureusement pas un mythe, on se bloque dans un mode de vie assez monotone sans trop le vouloir, et quand on s’en rend compte, ça donne un coup au moral. Pour combattre la monotonie, il faut changer ses habitudes, casser le rythme que nous nous sommes imposé sans faire attention. Alors on se lève, on sort de sa zone de confort, on teste de nouvelle chose, ça peut même aider à installer d’autres routines (qu’on se fera un plaisir de casser plus tard).

 Des petits exemples pour casser sa routine :

  • proposer une commande groupée un midi de temps en temps pour manger avec tous ses collègues,

  • tester les restaurants du coin,

  • se force à appeler un collègue plutôt que d’envoyer un mail,

  • venir au travail différemment (trottinette vs vélo qui gagnera),

  • oser se pointer à l’afterwork où on n’osait pas aller car on est timide, quelques conseils par 

  • essayer le télétravail (si ce n’est pas déjà fait, on vous en dit plus ici), 

  • faire un essai sur BeeMyDesk et aller à la rencontre de personnes interessées et interessantes (on devait bien le placer quelque part).

4. Communiquer 

Communiquer

Qu’on soit timide ou non, avoir peur de parler, d’exprimer ses opinions ou simplement ne pas oser exposer ses idées à ses collègues de crainte de ne pas être écouté, ou de ne pas intéresser ça n’aide pas à être soi-même dans l’environnement qu’on côtoie tous les jours. Et pourtant, un collaborateur qui se sent bien dans son environnement de travail chaque jour devient le meilleur ambassadeur possible de l’entreprise. 

Pour se sentir valorisé et surtout impliqué au travail, il faut participer à la création de la cohésion de groupe dans l'entreprise. Heureusement, il existe des tas de façons d’animer son bureau, avec des activités à partager avec ses collègues (activité physique ou non), un choix conséquent de team building intéressants (et funs) à suggérer au patron et surtout tout un annuaire d’endroits où créer des souvenirs après le travail. Ce qui est important de retenir, c’est qu’être à l’aise, ça passe avant tout par exprimer qui nous sommes (toutes proportions gardées évidemment).

Les petites astuces pour communiquer au bureau :

  • des boites à idées (pour les timides),

  • des mails de remerciements personnalisés (avec le bon prénom),

  • créer un groupe sur un réseau social ou simplement un Slack (Celui de BeeMyDesk est assez fun d'ailleurs),

  • des after work, ou before work pour les adeptes des morning routine.

5. Et enfin se déconnecter 

Déconnexion

Concilier vie privée et vie professionnelle est l’un des plus gros challenge de notre vie active quand nous travaillons, c’est pourquoi il est important que le travail reste au bureau. Alors évidemment pas de secret défense pour raconter sa journée à la maison, seulement pas de coup de téléphone entre le plat et le dessert ni de mail en douce sous la table. On coupe son téléphone pro et on garde le travail pour les heures décentes. 

BON OK, légère exception aux home office (on est pas des monstres). 

Au final, être bien est quelque chose d’assez personnel, il existe énormément de paramètres (et de gens) différents et donc chacun aura sa manière propre de l’être (il y a bien des gens qui décident de s’asseoir sur un ballon), le tout est de trouver comment l’être suffisamment pour ne pas regretter son lit toute la journée. 

Nous passons la plupart de notre temps au bureau, alors y créer de bons moments et des souvenirs devient une nécessité… Pour faire court : quitte à travailler autant qu’on soit bien.